POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 1 mars 2015

Haiti: Why tourists are returning to this misunderstood country

 Rain lashed the tropical forest and thundered off the cobblestone track. A group of four of us had been embroiled in an animated discussion with a posse of local horsemen for the past half-an-hour.
Above us, shrouded in raincloud, was Haiti's – and possibly the Caribbean's – most staggering landmark: the mountain-top fortress of Citadelle Laferrière. The track was now too slippery for the horses – the standard tourist taxi – to make it the final few hundred metres up to the fort. Instead our guide, Pierre Chauvet, had conjured up open-top motorised buggies to get us to the top. This did not please the horsemen.
"Take a horse. Those buggies are not safe. Better you take a horse," one man said. You couldn't blame him for trying. Despite a few short-lived flourishes in the 1980s, Haiti has struggled to attract tourists. Change, though, is coming.
Five years after the devastating earthquake that killed 250,000 people and displaced 1.5 million more, tourism is returning, cautiously. The northern city of Cap Haitien, gateway to the gargantuan Citadelle, has a new international airport and hotels in the capital Port-au-Prince include a new Best Western and a soon-to-open Marriott. Tour operators are coming back, too, while a tourist office recently launched to promote Haiti in Europe.
I was part of Exodus's first ever trip to this fragile fragment of the Caribbean. It is one of a small handful of UK operators that has been encouraged to introduce or reintroduce trips to Haiti by increasing stability and new infrastructure. My group of 11 had chosen to holiday in what is often cruelly dismissed as "the basket-case of the Caribbean" for a number of reasons. One had come to explore family roots, another had come to seek out an alternative to the Caribbean of honeymoon clichés, while a well-travelled couple simply said: "Why not?"
At last, the red buggy turned a corner. Standing on the back, I gripped the handrail. We bounced over the cobbles, my knuckles turning white while an end-of-days-rain lashed my face – a bizarre sensation not unlike surfing.
Fifteen minutes later, we had climbed 900 metres and were at the top. Soaked through, I gawped upwards as slices of the Caribbean's largest fortress appeared through shifting clouds.
Conceived by slave-turned-self-proclaimed-king Henri Christophe in 1805 after he had defeated the French, the Citadelle was built by 20,000 newly freed slaves. Its 40-metre high walls were built to defend against a potential return of the French army, which Haiti's new rulers feared had ambitions to re-capture the country. Their fears were unfounded, however, and not one of the 50,000 cannonballs – still piled in pyramids today – was fired in battle.
Once inside the ramparts we weaved past burnt-orange, lichen-plastered walls and dripping drawbridges. Colossal, ghostly wood-beamed galleries and mossy stone arches towered around us. Pallid light filtered through arrow-slits, shining on to the cannons and illuminating the grotesque human faces engraved on the end of their barrels. One, decorated with the coat of arms of George I, had belonged to the Duke of Marlborough. The eerie atmosphere was intensified by a silence punctuated only by the pouring rain.
Anywhere else in the world, this phenomenal military spectacle might have been overrun with tourists. But here, even on sunny days, there are few visitors. I left in awe of the engineering as we trundled 27km southwest to Cap Haitien – the richest city in the Caribbean during the French colonial era – passing girls wearing shower caps to protect against the rain.
That night, on the black-and-white tiled terrace of the Hotel Roi Christophe, waiters in bow-ties served us divine fish with thyme and pirate quantities of local Barbancourt rum. The torrential rain continued to provide a thumping drumbeat on the canopy above the dining tables.
The following day we dropped down to the coast to the capital, Port-au-Prince, described as "a kind of slum Venice" by travel writer Norman Lewis in 1959. Today the city appears to have retained at least some of this forlorn air. The streets and canals are part-theatre, part horror-show. The newly rebuilt Iron Market marks the city's resurgence, but tented camps still dot the parched city limits, a grim reminder of the 2010 earthquake. Around 85,000 Haitians still live in makeshift settlements, but even before the tragedy up to 70 per cent of people in the capital lived in slums.
Haiti – especially its capital – has historically suffered a hard-boiled mix of slavery, dictatorships, occupation, political instability and natural disasters. The Haitian proverb "dèyè mòn, gen mòn" which means "after the mountains, more mountains" is not just a geographical reference. Its hardships seem all the more poignant when you consider that it makes up a third of old Hispaniola, the island it shares with the relatively prosperous Dominican Republic. However, there is more to Haiti than its troubles; after just a day in Port-au-Prince, it was hard not to succumb to its infectious charms.
Rap Kreyol music blares from cafés and the brightly painted lottery stands squat next to barbershops with names like Baby Chop. In the bustling streets, a shipping container becomes a shop and artists prop paintings against railings. I wanted to see more. Come sundown, it was time to go out.
Sedate Petionville was originally a separate city, but is now merged with Port-au-Prince proper. This smart-ish area, up on a hill, is where anyone who had the means fled to after the earthquake. "You can only talk about what downtown used to be," Pierre explained, referring to the flattened banks and office buildings in the former business district, still waiting to be rebuilt.
Brasserie Quartier Latin, in the heart of Petionville, was full of couples waltzing to a live jazz band. After filling up on plates of fried plantain and pikliz – an innocuous looking coleslaw laced with volcano-hot scotch bonnet chillies, we joined in with the dancing.
Just before midnight, we decided to move on. It was a Thursday and downtown, at the Hotel Oloffson, the resident "vodou rock" band RAM promised to be in full flow. A virile soundbed of maracas and tambours (hand-drums) played by a dozen musicians greeted us as we climbed the stairs.
Inside, in front of the stage, a hard-dancing, sweaty, half-way-down-the-bottle crowd bounced to reeling basslines that shook the walls. Men in sharp suits looked on as women wound up and down to the boom of the drums. Punchy rum sours made time elastic. By 3am, everyone cleared out and headed on to the next place.
The next few days were filled with more surprising encounters. On the Côte des Arcadins, an hour's drive from Port-au-Prince, the Ouanga Bay hotel served sublime fresh lobster and rum punch as we were serenaded by the sound of waves lapping at the shore
. A classic Caribbean scene, yet my guidebook informed me that this azure-blue seascape holds a tantalising secret. Submerged in the ocean is the wreck of the Mary Celeste "ghost ship", deliberately abandoned here in 1872. Discovered in 2001 by a team led by the author and marine archaeologist Clive Cussler, it is hoped that one day the wreck might become a magnet for divers. Just as the island hopes to become a magnet for tourists once again, too.
Visiting there
Caroline Eden travelled with Exodus. Its 12-day Haiti Revealed group tour to Haiti costs from £2,499 including return flights from Heathrow (0845 287 3752; exodus.co.uk/haiti-holidays). Departures this year in March, May, November and December.
More information
experiencehaiti.org
Haiti, by Paul Clammer, published by Bradt (2012), is an excellent guidebook (£16.99).
The Independent travel offers: Discover a world of inspiring destinations
http://www.independent.co.uk/travel/americas/haiti-why-tourists-are-returning-to-this-misunderstood-country-10074626.html

jeudi 26 février 2015

Marriott Port-au-Prince Hotel Opens in Haiti

 • February, 25 2015
The new Marriott Port-au-Prince Haiti Marriott Hotel today checked in its first guests. Among the 200 new Haitian hotel workers who welcomed them were young people from disadvantaged backgrounds, and Haitian-Americans who want to share their hospitality skills to help boost Haiti’s tourism economy. The new Marriott Port-au-Prince Haiti Marriott Hotel today checked in its first guests.
Among the 200 new Haitian hotel workers who welcomed them were young people from disadvantaged backgrounds, and Haitian-Americans who want to share their hospitality skills to help boost Haiti’s tourism economy.
The stories of these new associates include Luccardo, who was recruited to work at the hotel’s front desk from the Nos Petits Frères et Soeurs orphanage, and Hermine, who was part of the hotel’s intern program and will be an entry-level supervisor. In addition to members of a Haitian-American executive team, the Haiti Marriott is led by a veteran Marriott general manager who was previously at the Marriott Champs Elysees in Paris.
 Joined today by Haiti President Michel Martelly and former U.S. President Bill Clinton at a celebration ceremony, Digicel Group Chairman and Founder Denis O'Brien and Marriott International (NASDAQ: MAR) President - Caribbean; Latin America Region Craig S. Smith thanked the Kier Construction Company workers, sub-contractors and skilled Haitian construction workers who built the hotel and the Marriott associates who will host its guests.
The hotel officially opens March 1st. A formal grand opening event is planned for June.
The journey to build the Marriott Port-au-Prince began four years ago when Marriott International reached out to the Clinton Foundation to propose a new hotel to help Haiti rebuild its tourism industry after the devastating 2010 earthquake.
The company found an eager partner in Digicel Group, which has invested US$45 million to build the 175-room hotel. “The opening of the Marriott Port-au-Prince is an important milestone as the people of Haiti work to revitalize and diversify their economy,” said President Bill Clinton.
 "I am grateful to Marriott and Digicel for their commitment to this project, and hope that its success will inspire further investment and opportunity in Haiti.”
 The Clinton Foundation worked closely with Marriott and Digicel Group to develop the hotel project.
The Foundation visited proposed construction sites with the parties, facilitated introductions to the Haitian government and the Haitian Tourism Association, and encouraged all parties to use the hotel as an opportunity to create an economic anchor for the community.
In addition to creating good, sustainable jobs for Haitians, the hotel incorporates Haitian art and artisan products into the hotel’s design and integrates green technologies such as solar to reduce the hotel’s environmental footprint.
The Clinton Foundation also worked closely with Marriott and Digicel Group to identify and contract with Haitian entrepreneurs, small businesses and agricultural cooperatives that could provide goods and services to the hotel.
This local procurement component has been an important aspect of the hotel’s development for all parties. Digicel Group and its Chairman, Mr. O’Brien, are committed to attracting foreign direct investment to Haiti and to helping the country rebuild in the wake of the earthquake.
 Mr. O’Brien is Founder and Patron of the Digicel Foundation, which to date has constructed 150 schools in Haiti, and rebuilt the iconic Iron Market in Port-au-Prince.
He is also the Chairman of the Clinton Global Initiative’s Haiti Action Network and has been instrumental in driving the activity of 80 support organizations in Haiti to deliver on their commitments.
 “All along, we’ve said that we were committed to Haiti’s recovery and to delivering on its potential as a great place to invest, and as such, we are thrilled to be opening the doors of the Marriott Port-au-Prince here today,” said Mr. O’Brien.
 “We hope that the opening of the hotel will signal that Haiti is truly open for business and is ready to welcome investors and travelers alike.”
TDSA, the development company established by Digicel, managed the design/build contract and chose Marriott International’s flagship Marriott Hotels brand as its operating partner under a long-term management agreement.
The hotel created more than 1,100 jobs throughout the construction stage. Marriott’s interest in investing in Haiti was inspired in part by its associates, including thousands of Haitian-Americans who, after the earthquake, urged the company to help Haiti rebuild by planting the Marriott flag.
Said Arne Sorenson, Marriott International President and CEO, “We believe we can make a difference in Haiti by promoting tourism, and developing local talent that can help lift this country, over time, back to being one of the top travel destinations in the Caribbean.” Through this project, Marriott is demonstrating how a hotel can be a model for social innovation and community investment. Working with Haiti’s Ministry of Tourism, Marriott selected 8 Haitian youth to train in hospitality operations at the new JW Marriott® Hotel Santo Domingo.
The youth recently returned to Haiti after their 12-week internship in Santo Domingo and have been hired as entry-level supervisors at the Marriott Port-au-Prince Hotel.
 Marriott is also collaborating with Haiti’s Ministry of Tourism and World Central Kitchen to build the skills and training of Haiti’s hospitality workforce through newly designed hospitality curriculum for local culinary students.
 Marriott has provided funding to help support the innovative new program, which is currently being delivered to its first culinary class of nearly 40 students in a school located near the Marriott Hotel Port-au-Prince.
 The program will be expanded when a new Ecole Hotelier, currently under construction, is completed in 2015.
 In addition to the 200 new hotel jobs and hospitality training, the hotel is sourcing goods, food and amenities from local small businesses, social enterprises, farms and Haitian artisans.
The unique craftsmanship of more than a dozen Haitian-based artisans, including the hotel’s art curator, Philippe Dodard, is showcased throughout the hotel’s guest rooms, corridors, great room, conference areas, restaurant and courtyard.
From signature metalworks, paper mache masks and voodoo flags, to contemporary photography and stone and wood sculptures using natural and recycled materials, the deep, vibrant art culture of Haiti is on display.
The hotel will also feature weekly art markets where guests can purchase art from local artists on the hotel grounds.
TOMS is a key supplier to the Marriott Port-au-Prince, with the company providing custom-designed shoes made in Haiti for each of the hotel’s staff. Additionally, TOMS is producing shoes in Haiti as part of its commitment to help establish and support a responsible shoe industry in the country. As a locally staffed and operated facility, TOMS and its manufacturing partner, LXJ Golden Pacific, economically empower individuals while giving international businesses an opportunity to invest in Haiti’s future.
Marriott Port-au-Prince is sourcing 100 percent of its coffee from Haitian company, Rebo Coffee, which employs several hundred women who carefully select the beans for quality. Rebo is a socially responsible business that is investing in agricultural and financial training for small and independent farmers.
 Marriott Port-au-Prince is pleased to be the first hotel in Haiti to source produce from Afe Neg Combite, a Kenscoff-based co-op made up of 5,500 farmers employing a total of 8,000 people. Marriott’s procurement team has been working with the farmers for more than a year to help them produce, package and transport fruits and vegetables in ways that meet the quality, yield and lower waste standards of the hospitality industry. The hotel is sourcing sustainable, fair-trade soaps and amenities from local producer Ayiti Natives.
 The products are made by Haitians using local Haitian herbs, nuts and fruits. Ayiti Natives was founded by Caroline Sada, a Haitian American social entrepreneur who left a job with a well-known U.S. cosmetics company after the Haiti earthquake struck – she wanted to give back to the local community. All of her employees are women, and most come from the most destitute villages in Haiti.
The Marriott Hotel Port-au-Prince was sustainably designed and constructed, providing stand-alone utility services while applying energy efficient building technologies.
Its features include:
 • A densely insulated building envelope, with low solar gain glazing complemented with additional direct sun screens;
 • A high-efficient energy plant producing 6 megawatts of electricity from 6 x 1100kw diesel generators. The plant is connected to a 1 megawatt solar farm located near the site;
 • On-site water storage and treatment systems to provide for a five-day water supply; 60 percent of the hotel’s hot water supply is provided through thermal solar panels installed on the roof;
 • A 60,000 gallon waste water treatment plant; and
 • A state-of-the -art space cooling plant with all building services controlled by a central building management system.
 “Merci, merci,” said Haiti Minister of Tourism Stéphanie Villedrouin.
 “Marriott International and Digicel Group’s dedication to completing this project is to be commended. The opening of this hotel is a huge vote of confidence in the future economic viability of Haiti.
The Marriott Port-au-Prince, which will be located in the Haut Turgeau area of the city, will offer 170 rooms including 5 suites with Marriott’s signature amenities and features, including premium bedding, high-speed Internet (LAN and wireless) and flat-screen televisions.
 Dining options will include La Sirene Restaurant, a casual restaurant and La Sirene Bar, a lobby bar and lounge and 24-hour room service.
 The hotel will include about 604 square meters (6,501 square feet) of flexible meeting space, a 150-square-meter (1,614-square-foot) fitness center, swimming pool, and sundries shop/marketplace. About Digicel Group: Digicel Group is a total communications and entertainment provider with operations in 33 markets in the Caribbean, Central America and Asia Pacific. After almost 14 years of operation, total investment to date stands at over US$5 billion worldwide.
The company is renowned for delivering best value, best service and best network. Digicel is the lead sponsor of Caribbean, Central American and Pacific sports teams, including the Special Olympics teams throughout these regions.
 Digicel sponsors the West Indies cricket team and is also the presenting partner of the Caribbean Premier League. In the Pacific, Digicel is the proud sponsor of several national rugby teams and also sponsors the Vanuatu cricket team.
Digicel also runs a host of community-based initiatives across its markets and has set up Digicel Foundations in Haiti, Jamaica, Papua New Guinea and Trinidad and Tobago which focus on educational, cultural and social development programs. Logos, product and company names mentioned are the property of their respective owners. http://www.hotelnewsresource.com/article82326.html

lundi 23 février 2015

Bahamas Told to Improve Conditions at Center Housing Haitian Immigrants

An international human rights commission has told the Bahamas that it must take measures to protect people housed at the country’s detention center for immigrants, where a “serious and urgent situation” places migrants’ “lives and physical integrity at risk.”
Human rights groups have accused the government of housing mostly Haitian immigrants in inhumane conditions at the Carmichael Road Detention Center in Nassau, the capital.
Migrants incarcerated there were not given fresh clothing, women lacked feminine hygiene products, and there is a single functioning toilet for all the men, according to a complaint filed in December by Robert F. Kennedy Human Rights in Washington and the Caribbean Institute for Human Rights in Puerto Rico.
The critical remarks, part of a resolution by the Inter-American Commission on Human Rights, an arm of the Organization of American States, follow the introduction of new immigration policies in the Bahamas that have been criticized internationally.
According to a strict new immigration policy, schoolchildren like these two friends of Haitian descent who were born in the Bahamas will be required to have a student residency permit to attend school next fall.Immigration Rules in Bahamas Sweep Up HaitiansJAN. 30, 2015
In an effort to suppress illegal immigration, in November the Bahamas enacted new rules requiring noncitizens, including those born in the Bahamas, to obtain passports from their parents’ country of origin. Hundreds of people, including some born on the islands, have been detained in sweeps targeting Haitian neighborhoods.
One Haitian woman gave birth on the detention room floor after the authorities at the center gave her injections to delay her contractions, the human rights groups said.
On Friday, the Bahamas Ministry of Foreign Affairs and Immigration said in a statement that it was reviewing the commission’s findings but it reiterated the government’s rejection of the accusations. “We believe that many of the concerns are overstated and inaccurate,” the ministry said, describing them as “based on untested tendentious anecdotal material.”
In a previous statement, the ministry said that activists had staged events to unfairly present some people as victims.
“Victimhood is often a practiced art,” the government statement said in response to a report on the new immigration approach published last month by The New York Times.
“Often the stories told are exaggerated, outright false and many times self-serving,” the statement said. “It is not the policy of the government to violate the rights of any individual and at all material times this country will act in a manner consonant with its international obligations toward children and the stateless. We make no apology, however, for enforcing the laws and protecting its borders in the national interest and in the interests of the Bahamian people.”
The commission said it had asked the government to provide hygienic conditions and adequate medical treatment to detainees. The commission also asked for measures to address overcrowding and the special needs of unaccompanied children.
The O.A.S. also scheduled a hearing next month to discuss the Bahamas’ new immigration policies.
“It is not very common for the commission to grant these kinds of precautionary measures. It is very serious,” said Santiago A. Canton, executive director of RFK Partners for Human Rights, a program of Robert F. Kennedy Human Rights. “Ninety-nine percent of the people at that center are Haitians, and this is also important because it is related to the situation of vulnerability of the Haitian people everywhere.”
Source: http://www.nytimes.com/2015/02/21/world/americas/bahamas-told-to-improve-conditions-at-center-housing-haitian-immigrants.html?_r=0

Digicel targets US company with lawsuit and enlists Haitian police

O’Brien-owned telecoms firm enlists Haitian police to investigate alleged fraud
Mark Paul
Mon, Feb 23, 2015, 01:15
First published:Mon, Feb 23, 2015, 01:15
Digicel, the Caribbean mobile phone company owned by Denis O’Brien, has stepped up its war on internet telephony firms it accuses of profiting from a “free ride” on its networks by not paying fees to connect with its customers.
Digicel has launched a lawsuit in the United States alleging that an internet telecoms company has been engaged in a multimillion-dollar organised crime racket designed to defraud its unit in Haiti, one of the largest and most most profitable parts of Digicel’s empire.
According to recent court filings, Mr O’Brien’s company enlisted the help of the Haitian police to help it investigate the alleged “bypass fraud”. It says this is being carried out by UPM Telecom, an Oregon internet telephony group that has yet to respond to the allegations.
Haitian police have arrested people in Haiti that Digicel described in the court documents as “co-conspirators” of UPM.
Evidence
The police investigation, Digicel told the court, had also turned up evidence of wire transfers between UPM executives and the “co-conspirators” in Haiti, as well as copies of shipping documents that it claims prove the US company has targeted it for bypass fraud.
Mr O’Brien’s company has also hired private investigators Shields Crime and Security Consultants to help it investigate the fraud allegations.
Normally, when one telecoms company connects a call to a customer of another network, the receiving network is paid a “termination fee”. Digicel has long harboured a grievance against companies which offer cheap or even free calls over the web without paying it termination fees.
Lobbying The government in Jamaica, for example, where Digicel has its headquarters, recently said it would regulate the activities of internet telephony companies following lobbying by Digicel and others.
In Haiti, termination fees are at 23 cents per minute – 18 cents for receiving networks like Digicel and a five cent levy towards a state education fund.
Digicel has accused UPM of bypassing its Haitian systems to terminate international calls on its network for free using a sophisticated technique.
It has submitted to the US court what it claims is evidence UPM sent its Haitian alleged “co-conspirators” equipment to engage in bypass fraud. It has also submitted documents it says show Digicel Sim cards were shipped to it from Haiti.
It is now suing UPM for punitive damages in Oregon and has also invoked claims under Rico racketeering laws, which were originally enacted in the fight against organised crime. UPM could be not reached for comment.
http://www.irishtimes.com/business/technology/digicel-targets-us-company-with-lawsuit-and-enlists-haitian-police-1.2113070

mercredi 18 février 2015

HUMANISONS-NOUS

Les anciens du Centre d’Etudes Secondaires, plus particulièrement ceux qui ont connu le triptyque légendaire qui a constitué pendant longtemps la direction de cet établissement scolaire se rappelleront les rengaines de Monsieur Claude, Jean Claude qui nous invitait sans cesse à nous « humaniser ».
A l’époque, il nous invectivait quand il nous surprenait entrain de nous exprimer en créole sur la cour de l’école. Son faciès grimaçant loin d’être effrayant provoquait de l’hilarité surtout quand il nous conseillait de nous exprimer en « langue humaine ». Il faisait référence simplement à la langue française.
Tous les élèves de l’école étaient au courant de l’amour que Monsieur Claude professait à Jacmel, à Paris et à la langue française. Chaque fois qu’il m’est venu à l’idée d’écrire une réflexion autour d’un fait, d’une action, d’un accident ou d’un incident au sein de la famille haïtienne. Cette rengaine me vint à l’esprit.
Souvent je me sens habité par cette sensation désagréable qui me pousse à penser que nous autres les haïtiens, en dépit des apparences, nous avons du mal à valoriser les éléments fondamentaux et corolaires qui vont de pair avec notre appartenance à l’espèce humaine.
L’absence de ces éléments constitue de vrais obstacles à des aboutissements qui trouvent leurs bases théoriques dans des termes comme avancement, progrès, développement.
Tous les comportements jugés aberrants et illogiques semblent tenir leur genèse dans ce constat.
Dernièrement, une très bonne amie avait écarquillé les yeux pour trouver le rapport entre un appel à l’humanisation que j’avais lancé comme commentaire à je ne sais plus quel comportement par elle dénoncé.
Aujourd’hui je reviens avec une invitation similaire après avoir appris la nouvelle de la tragédie survenue lors du défilé du deuxième jour du carnaval haïtien dans sa cuvée 2015.
Entre dix-huit et vingt personnes ont été tuées par électrocution et par des mouvements de la foule prise de panique.
De séquences vidéo montrent comment le chanteur d’un groupe monté sur un char construit en hauteur se transforme en vraie torche humaine quand son corps heurta un câble de haute tension tendu sur le parcours du carnaval. Puis, il s’en suivrait des cas d’électrocution à la chaine et des piétinements par le mouvement de la foule. Le tout pour un macabre solde de vingt morts et des blessés y compris des brûlés graves.
Beaucoup parleront d’accident.
Moi j’ai envie de parler d’incident. Un incident regrettable. Criminel et évitable.
Les accidents mortels durant le défilé carnavalesque sont très fréquents. Pour un pays comme le Brésil ou se déroulent probablement les festivités carnavalesques les plus prisées du monde, le nombre de morts pouvait servir de facteur pour jauger le succès de l’évènement.
Le Carnaval haïtien compte souvent des morts et des blessés. Mais pas dans des circonstances aussi évitables.
Dans les pays ou la vie humaine revêt de l’importance, une étude minutieuse du parcours carnavalesque aurait été faite pour établir la liste des dangers potentiels et pour prendre les mesures adéquates pour les éviter.
La vérification de la hauteur à laquelle sont placés les câbles électriques devait servir pour établir des normes pour la construction des chars.
Une mesure simple et logique que la mairie de Port-au-Prince, le comité carnavalesque, et les propres groupes musicaux ont négligé. Dans l’organisation du Carnaval quelqu’un a-t-il jamais évoqué le concept « assurance » dans l’optique des risques concomitants à un évènement populaire de cette nature ?
Hier soir une amie croyante, rendait grâce à Dieu en disant qu’Haïti était un pays béni !
Son argument tenait sur le fait qu’il y ait eu que 20 morts après cet incident qui s’est produit sur le parcours du Carnaval, un évènement aussi concouru. Sans vouloir froisser sa conviction je lui ai simplement dit « à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu »
Après avoir pleuré leurs morts, les familles des victimes devront demander des comptes. Il y a des responsabilités à établir. Demander des comptes s’inscrit dans cette démarche sur cette route que nous n’empruntons pas assez souvent. Celle de dire que la vie de tout homme est précieuse. La société se doit de la valoriser et de la protéger.
Quand nous serons « rentrés dans l’humanité » nous trouverons anormales certaines réalités et nous exigerons un traitement digne et en accord avec notre statut que nous semblons négliger.
En ceci consiste l’essentiel de ce processus d’humanisation que tous les haïtiens doivent exiger à cor et à cri. Cette humanisation nous inculquera l’indignation active au lieu de la résignation morbide. Elle nous dictera l’action courageuse et concertée contre la résilience plate, atone et arrangeante.
Elle nous placera au-dessus des animaux inférieurs pour exiger et travailler en faveur de conditions de vie compatibles avec cette réalité.
Dr Jonas JOLIVERT 18/02/2015

lundi 9 février 2015

Sigue vivo en Camagüey el folclore haitiano

Camagüey.- Con la inauguración de la Fiesta del Folclore Haitiano, celebrada como parte de las festividades por la Semana de la Cultura de Camagüey, los alrededores de la Casa de la Cultura “Joaquín de Agüero” fueron escenario del evento más representativo de la cultura haitiana en la localidad.
El lugar se llenó de sabor cuando desde el Museo Provincial y los repartos Florat y Cándido González, llegaron bailando los grupos músico-danzarios Bonito Patuá, Caidije, Raíces Creoles, Renacer Haitiano y Desandann.
Desandann dio por iniciada la fiesta con el ritmo de tambores de los descendientes cuyas raíces están muy enterradas en las creencias de la hermana república. Con su efusividad y energía regalaron un homenaje digno del acervo cultural de la ciudad.
Le siguieron los niños de Raíces Creoles, un proyecto socio-cultural que surge como derivación de Bonito Patuá con el objetivo de continuar su legado y para inculcar en los más pequeños el respeto y la pasión por las costumbres. Mirando cómo sus compañeros amenizaban la ocasión, empatía fue lo que sobró en el público más joven que desde las escuelas primarias cercanas disfrutó del momento.
Luego del reconocimiento entregado por la institución cultural a estos portadores de tradiciones, la agrupación que actualmente conmemora su aniversario 55 de fundada y comparte la dedicación de esta jornada camagüeyana, brindó uno de sus danzas típicas, la cinta.
Así, junto al “bombanché”, la unión de todos los presentes en un mismo baile, terminó el evento, pero no los festejos, pues las creencias de esta ciudad no mueren en los corazones de sus lugareños.
http://www.adelante.cu/index.php/es/cultura/semana-de-la-cultura/2891-sigue-vivo-en-camagueey-el-folclore-haitiano

Les étudiants étrangers rapportent 9,7 millions de dollars par mois en République dominicaine

Le Nouvelliste | Publié le : 06 février 2015
Les étudiants étrangers rapportent à la République dominicaine un total de 9,7 millions de dollars par mois. Un montant quasiment similaire à celui fourni en 2012 (9,8 millions) selon la dernière enquête sur les dépenses des étudiants étrangers en république voisine, lit-on dans un article paru dans le journal dominicain El Nacional.
Environ 75,6 % des étudiants sont de nationalité haïtienne, ce qui équivaut à une augmentation de 2,1 points de pourcentage par rapport à la proportion qui a résulté de l'enquête 2012, indique le journal dominicain.
Sur cette liste, Haïti est suivie par les États-Unis (15,5 %) qui montrent une baisse de 2,1 points de pourcentage; l'Europe de 2,9 %, Colombie 1,4 % , l’Amérique centrale et les Caraïbes avec 1,2 %, le Venezuela et autres pays d'Amérique du Sud 0,8 % chacun; Mexique 0,5 % et 0,3 % en Asie. L'enquête a été menée par la Direction internationale de la banque centrale afin de quantifier l'entrée de devises étrangères en raison des dépenses réalisées par les étudiants universitaires étrangers dans le pays.
L’étude révèle en outre que la branche visée par la majorité des étudiants est la médecine ave (46,2%), soit 0,9 point de pourcentage de moins que le chiffre obtenu dans l'enquête précédente.
Toujours selon l'échantillon choisi pour l’enquête.
En ce qui a trait aux revenus et aux dépenses des étudiants, les résultats de l’enquête ont montré que ces dernières sont principalement fournies par leurs familles.
A remarquer que la participation de la famille comme principale source de financement pour les étudiants étrangers en République dominicaine a augmenté par rapport à l'enquête précédente, passant de 83,1% à 93%.
Tandis que la participation des gouvernements a montré une diminution de 9,6 points de pourcentage, passant de 13,9 % à 4,3% par rapport à l'enquête précédente. Aussi, environ 35,1 % de ses dépenses vont aux frais de scolarité, et environ 64,9 % aux frais universitaires.
Les données pour l'analyse ont été recueillies du 19 mars au 4 avril 2014, en collaboration avec des représentants de 27 universités à travers le pays.
http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/141303/Les-etudiants-etrangers-rapportent-97-millions-de-dollars-par-mois-en-Republique-dominicaine#.VNYV8XvmLnk.facebook

lundi 17 novembre 2014

MOI AUTEUR EN DEUX MINUTES….

Je n’ai eu pour ainsi dire aucune difficulté à rédiger ces textes qui venaient mots après mots comme les grains d’un chapelet.
Après avoir hésité plusieurs fois avant de les publier, le moment le plus gênant pour moi fut quand il a fallu produire un texte pour la quatrième de couverture.
L’éditeur m’avait suggéré sans caractère d’indispensable, d’ajouter quelques mots sur l’auteur.
Comme ceci n’était pas indispensable je ne l’ai pas fait. Ceci avait titillé pas mal de monde le fait de n’avoir pas eu envie de me décrire pour les lecteurs. Ma réponse fut aussi maladroite qu’incompréhensible. Je répondais en effet que ce livre me présente dans la nudité la plus crue et la plus absolue.
Une des personnes les plus choquées fut ma grande amie Sara Gonzalez Villegas, institutrice et auteure résident à Séville. Dans sa production abondante et variée on retient ces deux livres : « Encontré el olimpo bajo mi cama » (J’ai rencontré l’Olympe sous mon lit) et « Dios es amor, mejor con humor » (Dieu est amour, mais mieux avec humour). Deux approches sympathiques et humoristiques de la mythologie et de l’ancien testament respectivement.
Elle tenait absolument à ce que je dise quelque chose de moi. Selon elle, moi qui aurais tant de choses à partager.
Elle ne sût pas me convaincre. Hier soir, elle me fit cadeau de deux minutes de résumé de ma vie en mettant l’accent sur l’essentiel.
Mieux que quiconque, comme l’auraient fait les gens qui ont pris le temps de me connaître, elle a tout dit.
Si elle a laissé des instants de vide ce ne serait que la place relégué au superflu, ce côté existant mais inconnu, mon monde noir comme la matière et l’énergie encore inconnues.
Merci Sara Gonzalez Villegas http://youtu.be/ORuoi3mk5x0

lundi 3 novembre 2014

CES HOMMES QUI NOUS DIRIGENT

Je lisais dernièrement de façon très laconique, un texte servant d'introduction et de justification à une autre page identique à des dizaines qui pullulent déjà les réseaux sociaux.
Je lisais ce texte avec une certaine moquerie devant la disproportion existante d'une part entre la justesse des mots et la force intrinsèque et inhérente au message inscrit dans un contexte lui assurant plus qu'une simple légitimité et d’autre part l'indifférence qui définira l'adhésion des lecteurs à ce message. Je n'ai pu m'empêcher de publier une réplique carrément méchante au concepteur et animateur de la page.
Loin de m'insulter, comme cela aurait pu être le cas, l'animateur me répondit gentiment en m'invitant à participer pour changer les choses.
De sa réponse, la phrase qui retint mon attention fut celle qui avait à voir avec nos dirigeants. Il s'exprima en disant que ces gens qui nous dirigent ont surtout besoin d'être dirigés.
Nos échanges s'arrêtèrent là, mais je n'ai pas pu m'empêcher de réfléchir sur la problématique de ces personnages qui dans des sphères différentes tiennent le timon du pays.
Bien entendu, quand l'opinion publique évoque l'aspect pseudo pathétique de nos dirigeants, le premier qui vient automatiquement à l'esprit c'est bien le chef d'état, son excellence Michel Martelly. Un ancien mauvais musicien populaire qui a très bien réussi sa carrière de chanteur de Konpa et qui a été propulsé au grand dam d'une grande partie de la population haïtienne et de l'opinion publique internationale comme président de la République.
Avant son ascension à la première magistrature de l'état, des voix s'étaient levées pour inciter les gens à ne pas le voter. Ces voix carrément opposées s'appuyaient sur son passé dans le showbiz, un environnement propice à certaines déviances et pratiques douteuses mal tolérées par certaines sociétés.
Dans le monde de la politique, comme dans beaucoup d'autres domaines, il n'existe pas que les cas de Michel Martelly qui définit une trajectoire atypique jusqu'à des postes de responsabilité. Et quand cette responsabilité engage la gestion d’un pays, d'une nation en difficulté, l'atypicité prend des allures pseudo catastrophe annoncée.
Peut être l'importance de la responsabilité a fait de Michel Martelly une cible privilégiée inspirant des critiques souvent légères et superficielles alors qu'une sorte de cécité collective épargne de façon spectaculaire d'autres acteurs de la vie politique nationale.
Depuis la fin du régime duvalieriste, le peuple a senti arrivé le moment de participer comme acteurs de la vie de leurs quartiers, de leurs villes ou de leurs pays. La situation de prohibition prônée et maintenue par les régimes dictatoriaux a donné naissance à une nouvelle vision participative qui ne tient compte ni des capacités ni des compétences.
On aurait pu remonter le temps pour se retrouver face à ce slogan qui au début du dix-neuvième siècle à savoir si le pouvoir devait être détenu par les plus capables ou par le plus grand nombre.
Un prêtre qui devient président reste aussi atypique qu'un artiste populaire accédant à la première magistrature de l'état.
La politique reste de nos jours l'ascenseur le plus rapide et efficace pour améliorer ses conditions de vie et celles de la famille. Elle permet en plus d'atteindre un certain pouvoir.
Durant l'aire postduvalerienne, aussi appelée la période du retour de la démocratie, le panorama politique du pays nous a offert sur un plateau des personnages pour le moins pathétiques dans des postes à responsabilité.
Notre best-off à nous est dominé par le premier citoyen de la ville dans le chanteur Manno Charlemagne, élu Maire de la Capitale haïtienne. Après avoir fait une carrière remarquable avec ses chansons engagées revendiquant la cause des démunis, il s'est érigé en politicien de la génération JPP alors que le segment de la population pouvant constituer l'élite de la ville avait préféré de se retirer comme observateurs critiques, refusant toute participation.
Lors du fameux concert de Wyclef Jean, la seule étoile haïtienne qui brillait dans le firmament du monde, le maire de Port-au-Prince jouant en lever de rideau, s'était illustré par un fameux "coulanguette manman blanc".
La mémoire collective ne semble pas avoir retenu grand chose du passage de cet homme à la tête de l'édile de Port-au-Prince.
Un autre maire assez pathétique restera celui qui a donc été le premier citoyen de la commune de Delmas: le maire Erilus. Les haïtiens de Delmas, une commune ou réside une bonne partie de la bourgeoisie de la ville, se rappellent encore du passage de Erilus dans leur vie.
Tandis que l'attention est portée sur la présidence, d'autres personnages aussi atypiques que Michel Martelly conduisent les destins de la nation haïtienne. L'irruption, (tou swe, tou bouke) de Laurent Lamothe comme chef du gouvernement n'était ni attendue, ni prévisible.
Il est clair que Michel Martelly, devenu président malgré lui, s'était au départ embarqué dans cette aventure sans équipe. Peu de gens y croyaient. Quand dans des circonstances connues, il a été "élu" pour participer au second tour, l'urgence était de former une équipe pour gouverner. Il lui fallait des fonds pour financer la campagne électorale.
Laurent Lamothe, parfait inconnu du monde politique, chef d'entreprise à succès, avec des investissements surtout réalisés en dehors d'Haïti, se retrouve donc à la tête du gouvernement depuis les échecs de deux hommes choisis non retenu pour l'un et très vite chassé pour l'autre.
Peu de gens se posent la question de cette mutation d’une attitude apolitique à chef du gouvernement qui se profile aujourd'hui comme futur président du pays. Le parlement aussi regorge de personnalités dont on se demande par quelles portes elles sont passées pour occuper des positions aussi cruciales pour la gestion d'un pays.
C'est sans doute la qualité des parlementaires qui explique le dysfonctionnement de l'état dû à cette conception erronée ou adultérée par l'ignorance et aveuglée par l'incompétence de la fonction de législateur.
Comme exemple nous pouvons citer le bruyant député autoproclamé cauchemar du pouvoir en place qui s'est caractérisé par des attitudes d'une extrême violence au cours des séances de la chambre.
Nous avons pris le temps de l'écouter une fois cependant, j'avais été agréablement surpris de voir sa capacité de synthèse et d'analyse sur certains dossiers politiques.
Mais quand il entreprit avec d'autres politiciens de déchouquer le gouvernement en place en utilisant des méthodes carrément antidémocratiques, il outrepassa ses prérogatives et alla jusqu'à enfreindre la loi.
Ces dernières actuations remarquées furent, le lancement d’une manifestation avec une arme de guerre aux poings à quelques encablures du palais national, une grève de la faim terminée dans des conditions complètement floues coïncidant curieusement avec l'invasion spectaculaire des prisonniers de l'enceinte carcérale de la ville de la Croix des Bouquets.
Depuis on en parle plus. Des rumeurs l'auraient envoyé aux Etats Unis d'Amérique avec une demande d'asile politique. La correction de cet état de fait n'est pas pour demain.
Comme nous l’avions dit au début, la politique étant le tremplin le plus puissant pour accéder au pouvoir et à la richesse, avec en prime une idée de toute puissance concédée par l'immunité parlementaire revendiquée et mise en œuvre à travers le prisme adultérant de leur vision biaisée, de plus en plus de personnages pathétiques se bousculent aux portiques pour atteindre ce pouvoir dans une logique souvent éloignée de la démocratie effective.
A ces gens sans s'en rendre compte, il leur aura été donné une opportunité en or d'écrire leurs propres histoires individuelles dont la compilation constituera un chapitre de l'histoire de la nation.
Certains pour le faire, détiennent une feuille aux couleurs sombres voire noires pour un groupe d'entre eux. Il leur revient par leurs actions de modifier les choses et de choisir la place qu'ils voudront bien occuper dans la grande histoire de la nation haïtienne.
L'histoire se fera toujours juge juste et implacable.
Nous ne pouvons pas souhaiter leur échec car c'est tout le pays qui en pâtit. Le retard à combler est trop important pour continuer à perdre du temps et à passer à côté de certaines opportunités.
Du point de vue individuel, ils auront toujours réussi avec leur accession au pouvoir.
L'échec ne sera que collectif et surtout pour Haïti et les haïtiens.
La nature aura toujours horreur du vide!
Docteur Jonas JOLIVERT

samedi 11 octobre 2014

POUR CHANGER…PARLONS PLUTOT DE CES FEMMES ! DE NOTRE SELECTION DE FOOTBALL

Malheureusement il est question de Duvalier. Encore de Jean Claude Duvalier. Pourtant, il y a des sujets tellement sympathiques et édifiants à partager ! Mais les lois des médias sont impénétrables et indiscutables.
La presse a choisi de nous intéresser à cette histoire ratée et mal écrite. A nous faire avaler le dernier chapitre insipide autour de cet individu devenu leader par atavisme et par l'expression d'une volonté paternelle ayant eu force de loi.
« Le Roi est mort, vive le roi! » Crient certains fervents et adeptes du nivellement par le bas.
« Ressucitons-le et jugeons le! » Crient ceux qui ont été victimes d'un dictateur de droite qui a échoué dans ses idéaux.
Pourtant Jean-Claude Duvalier est mort depuis 1986. Et avec lui son Jean-claudisme, le duvalierisme après maquillage.
Celui qui est revenu en Haïti pour des raisons qu'il aura emportées dans sa tombe, n'était qu'un zombie en sursis.
L'annonce de la mort physique n'était qu'une question de temps.
Sa réintroduction dans le milieu par cette mise en scène de jugement prôné par ceux dont les voix n'avaient jamais pu attirer l'attention des instances françaises ou internationales se fit sans panache.
Les membres de ce camp ont pu trouver écho en Haïti et la patate chaude a été gracieusement servie au système imparfait, faible et affaibli de la justice haïtienne.
Moi aussi d'ailleurs me voilà entrain de parler de Jean-Claude Duvalier.
Moi qui voudrais pousser les gens à parler d'autre chose et d'autres gens.
Mon idée est en effet de replacer sur le podium, les héros et héroïne d'une épopée qui est d'une brûlante actualité. Il s'agit de celle de la sélection féminine haïtienne de Football.
Dans cinq jours débutera le tournoi qualificatif final de la zone concacaf pour la coupe du monde féminine de football de 2015 qui aura lieu au Canada.
Cette compétition qui mettra en action la sélection numéro un du monde face à des représentantes fortes de la zone comme le Mexique, Trinité et Tobago, la Jamaïque et notre sélection haïtienne.
Le Football haïtien comme beaucoup d’autres secteurs de la vie nationale est en crise. Le président de la Fédération fort de l’appui de la FIFA ne veut surtout pas s’aligner aux désidératas du secteur officiel.
Comme réponse, le gouvernement conditionne et distille au compte gouttes l’aide financière indispensable pour subventionner les sélections lors des compétitions internationales.
C’est actuellement le cas de la sélection féminine de Football qui se trouve actuellement malgré vents et marées entrain de se préparer aux Etats-Unis pour le tournoi qualificatif qu’elle débute mercredi prochain face à la sélection du Guatemala.
Je suis tombé par hasard sur un article qui retrace le combat des jeunes filles de notre sélection nationale « qui n’ont que le football » et de tout un petit groupe qui réalise des prouesses pour les aider à convertir leur rêve en réalité : une qualification pour la coupe du Monde de Football de 2015.
Si elles y arrivent la presse entière se jettera sur elles pour raconter leur « success story ». Si elles échouent, leurs efforts seront vite oubliés comme des décombres pour célébrer l’exploit des vainqueurs.
On passera à côté de cette épopée humaine qui devrait inspirer tous les hommes à travers cette vraie épopée humaine.
Pour cette raison je voudrais que l’on oublie Jean-Claude Duvalier et Jean Bertarnd Aristide pour parler:>br> 1.-Des joueuses de la Sélection qui font tout pour réaliser leurs rêves. Elles sont pour la grande majorité des victimes ou rescapées du tremblement de terre de janvier 2010. Chacune a intégré son expérience du séisme. Une expérience souvent très proche personnelle et amère. Elles s’entrainent six mois par ans aux USA loin de leurs familles, dans un autre milieu culturel. Une d’entre elles a du rater les funérailles de son père pour ne pas pénaliser l’équipe. Elles vivent dans deux appartements, certaines dormant sur des matelas posés par terre. Pour manger du riz et des pâtes, elles vendent des poulets rotis, des T-Shirt et organisent des cliniques pour des écoles et des églises. Elles misent tout sur le fooball et rêvent de faire briller le drapeau haïtien lors de cette compétition.
2.- De Shek Borkowski : Un américain d’origine Polonaise qui a accepté d’entraîner sans salaire et sans moyen la sélection féminine de football.
3.- De Anne Marie Wright, une lycéenne de 17 ans, qui a contribué à fournir des chaussures, des bas, des soutiens-gorges de sport et même des bouteilles d'eau afin que les joueuses qui s’entrainent pour atteindre la phase finale de la coupe du monde n’aient pas à boire des robinets après leurs séances. L'été dernier, Wright a refusé des cadeaux pour son 17eme anniversaire et à la place a demandé à ses parents, et amis de faire un don d'argent pour acheter des équipements pour les joueuses haïtiennes. Elle a également mis en place une levée de fonds moyennant un compte sur un site crowdfunding en fixant comme objectif la somme de 2.000 dollars. http://www.gofundme.com/bln73s
Grâce à un article paru dans le New York Times, les dons ont dépassé largement ses expectatives avec aujourd’hui près de 11.000 dollars collectés.
4.- De Marc Dumé, 43 ans, un homme d'affaires qui a quitté Haïti il y a une décennie, contribue pour le paiement du loyer et pourvoit de l'argent pour l’achat des bananes plantains et de riz et de haricots et de légumes pour les ragoûts. La semaine dernière, il a fait don d'un véhicule récréatif à l'équipe.
Dans cette histoire, les donneuses de leçon ne sont pas celles que l’on aurait tendance à identifier. Les vraies actrices de cette aventure sont véritablement les haïtiennes qui doivent susciter l’admiration de tout ce monde qui gravite autour d’elles. Pour moi, elles sont une source intarissable d’inspiration. Elles ramènent la face glorieuse et universelle de cette nation qui fait ma fierté.
Mais comme cerise sur le gâteau, dans la lignée de cette aventure d’une force et d’une profondeur très humaines, les filles haïtiennes viennent de se faire remarquer par un geste allant au-delà de l’altruisme et de la générosité pure et simple.
Elles ont été informées que la Sélection de Trinidad et Tobago, l’une des adversaires directes d’Haïti dans la compétition est arrivée aux Etats-Unis dans un état proche du dénouement absolu.
Si on doit se référer et donner crédit au tweet posté par leur entraîneur, la sélection serait arrivée avec 500 dollars en poche. Sans argent pour payer le déplacement de l’aéroport à l’hôtel. Après le déjeuner, l’entraîneur e posait des questions sur le prochain repas. L’information arriva et toucha profondément les joueuses haïtiennes qui décidèrent de céder une cagnotte de 1.300 dollars à leurs adversaires.
Ce geste est d’un symbolisme fort et devrait être diffusé entre tous les compétiteurs peu importe la discipline. Les haïtiennes ont ainsi démontré la nature exacte des valeurs qu’elles défendaient.
Ceci devrait booster et l’orgueil et la fierté de tous les haïtiens.
Voilà une belle face de notre pays.
Haïti est beaucoup plus que Jean-Claude Duvalier, Jean-Bertrand Aristide et bien d’autres qui continuent et continueront à se manifester comme des fossoyeurs de notre dignité nationale, et humaine !
HONNEUR ET RESPECT POUR LES FILLES DE LA SELECTION HAITIENNE DE FOOTBALL
HONNEUR ET RESPECT POUR SHEK BOROWSKI ET SON STAFF
HONNEUR ET RESPECT POUR MARC DUME !
HONNEUR ET RESPECT POUR ANNE MARIE WRIGTH !
HONNEUR ET RESPECT POUR LES ANONYMES QUI SUPPORTENT CETTE BELLE CAUSE !
Docteur Jonas Jolivert
NOTE : Depuis la diffusion des nouvelles dans les médias, la Sélection aurait été approchée par la fondation Bill Clinton qui aurait proposé de les prendre en charge. Une excellente nouvelle certes.

vendredi 10 octobre 2014

Haiti pledges money to Trinidad and Tobago soccer

KURT VOIGT AND ANNE M. PETERSON, ASSOCIATED PRESS
Trinidad and Tobago women's national soccer team
players Rhea Belgrave (4) and Danielle Blair (13)
lead their team in warm ups before an exhibition
scrimmage against FC Dallas' U-18 women's team
 at Toyota Stadium complex, Thursday,
Oct. 9, 2014, in Frisco, Texas.
(AP Photo/Tony Gutierrez)(Credit: AP)
Upon getting word that the Trinidad and Tobago women’s national soccer team might not even have enough money for lunch, Haiti’s team took a look at its fundraising for World Cup qualifying — an account totaling a little over $1,300 — and decided to turn it over to the competition.
That left Haiti with an uncertain future of its own. Until the Clintons got involved.
Both Trinidad and Tobago and Haiti are training for next week’s CONCACAF championship, which serves as qualifying for the Women’s World Cup next year in Canada. Haiti opens the eight-team tournament on Wednesday against Guatemala in Kansas City, Kansas, while Trinidad and Tobago faces the top-ranked U.S. women’s team.
On Wednesday, Trinidad and Tobago’s coach, Randy Waldrum, issued an urgent plea on Twitter.
“I need HELP! T&T sent a team here last night with $500 total. No equipment such as balls, no transportation from airport to hotel, nothing,” the post read. Waldrum said Thursday that his players got breakfast at their hotel in Dallas, where they are training, but he didn’t know where lunch was going to come from. So he got dramatic.
“I thought, ‘I’ve got an hour to find meals, to get us through the day, let alone the next five or six days,’” he said. “The only way I knew to do it was to send the tweet out, and I knew I couldn’t say, ‘Hey, T&T is in need of money, will you help donate?”
His posts went viral quickly. The soccer website KeeperNotes.com reached out to Waldrum and by Wednesday night had collected just over $9,300 for the team via a PayPal account. Jen Cooper, who runs KeeperNotes, said because of the overwhelming response the site had to stop taking donations because of tax implications.
Haiti’s team also heard Waldrum’s plea from its training camp in South Bend, Indiana. The team had been running on donations and money raised from T-shirt sales and other fundraising. It had $1,316 in its account.
The team, which has had its own financial struggles, decided to give it all to Trinidad and Tobago.
“My players saw on social media the difficulties faced by T&T players and approached me about what can we do to help. I was stunned,” Haiti coach Shek Borkowski said in announcing the donation on the team’s Facebook page. “They were very animated about helping so I will do as they asked.”
That’s when Borkowski heard bombshell news: Haiti’s soccer federation received a call from the Clinton Foundation, the charitable organization run by former President Bill Clinton and his family, saying it wanted to support the women’s program.
Borkowski said he’s been told to come up with a list of immediate needs for the team and a long-term budget. He hasn’t been given a specific dollar figure. “They told us they’re ready to step up not just one time, but long term support for women’s soccer in Haiti,” Borkowski said in an interview Thursday. “That’s exciting information for us. We’ve been doing whatever we can to get by.”
Craig Minassian, a spokesman for the Clinton Foundation, said in an email that the organization decided to help after reading about the Haiti team.
“The Clinton Foundation and Partners In Health, who received similar inquiries, have spoken with the team and are helping connect them with interested supporters,” he wrote.
Borkowski said that without the financial help, if the team didn’t qualify for the World Cup, it would have likely been disbanded following the CONCACAF tournament.
Both Waldrum and Borkowski coach their teams as volunteers.
Trinidad and Tobago’s soccer federation, which had to find the funds to pay for the team’s visas, was already working to secure additional money for the team when the plea went out. The country’s Sports Ministry and a sponsor have since sent $40,000.
While Waldrum may have stepped on a few toes with his unconventional fundraising, his team can keep training in its quest to reach women’s soccer’s biggest stage for the first time. And they can eat.
“Our players have not made a penny in their national team careers. They’ve given up so much. I just felt like you know what, I’ve got to try to do something to help them,” Waldrum said. “It would have been easy to walk away with the lack of funding, but when I look at this team I think they deserve this chance, and I’m going to fight to the end for them.”
___ AP Sports Writer Tom Coyne in South Bend, Indiana, contributed to this report.
MORE KURT VOIGT.
MORE ANNE M. PETERSON.
http://www.salon.com/2014/10/10/haiti_pledges_money_to_trinidad_and_tobago_soccer/

lundi 6 octobre 2014

SOLIDARITÉ SONNANTE ET TRÉBUCHANTE AVEC LA SÉLECTION FÉMININE DE FOOTBALL D’HAÏTI


6 octobre 2014, 15:12
Dans trois semaines, nos compatriotes vont se ranger derrière les duos Messi/Neymar - CR7/James lors d'un classico qui s'annonce plus que palpitant. Juste avant, à partir du 15 octobre prochain, ils auront applaudi, critiqué voire pleuré avec les jeunes haïtiennes qui vont se battre contre les ogres de la région pour obtenir une place qualificative pour la coupe du monde féminine 2015 au Canada. Devant nos postes de télévision, nous sommes loin de nous imaginer ce que peut représenter la charges de sacrifices et les contraintes qui se sont érigées devant nos filles qui rêvent de faire un exploit. La presse en parle pas ou trop peu. 
Je suis tombé ce matin sur cet article écrit en anglais qui raconte les péripéties de nos grenadières qui vont défendre nos couleurs a partir de la semaine prochaine. Elles ont du mérite et ont surtout besoin de nous! 
Je partage une version traduite de cette histoire émouvante, touchante et triste....
---------------------------------------------------------------------
LE FOOT…C’EST TOUT CE QU’ELLES POSSÈDENT…
SOUTH BEND, Indiana -. Depuis 2012, l'équipe nationale  féminine de football de femmes d'Haïti passe six mois par an à s’entraîner  près de l'aéroport régional d’ici, sur une route de campagne et de l'autre côté de la voie ferrée, la plupart du temps de façon inaperçue, de manière complètement improbable pour une puissance régionale de cette catégorie.
Chaque femme de l'équipe a une histoire dramatique et désespérante par rapport au  séisme de 2010 qui a dévasté Haïti, le pays le plus pauvre de l'hémisphère occidental: une maison pliée comme un porte-monnaie. Jambe brisée d'un frère. Une tante écrasée par la porte d'une église. Un oncle disparu sous les décombres d’un bâtiment et jamais retrouvé.



Chaque joueur, aussi, a une histoire de résilience et de la persévérance. Aucune nation des Caraïbes n’a jamais été qualifiée pour la Coupe du Monde Féminine. Maintenant Haïti, parmi  tous les pays de la zone, est sur le point d'atteindre le tournoi élargi 2015, qui sera joué l'été prochain au Canada.
C'est une quête d'une grande ambition avec  de maigres ressources. Il n'y a pas salaire pour les joueurs. Aucun pour l'entraîneur américain d'origine polonaise ni pour ses assistants. Les joueurs vivent à huit ou neuf dans  un appartement. Même le capitaine dort sur un matelas très mince placé dans le salon.
La fédération haïtienne de football d'Haïti paie  un vol  aller-retour chaque année et tente de d’aider en cas d'urgence. Mais, même une allocation $ 200 distribuée  à chaque joueuse en 2013 n’a pu être honorée  cette année, déclare les instances fédérales.  
L'équipe tente de joindre les deux bouts en vendant des poulets rôtis  des T-shirts, et en animant des cliniques pour les églises et les écoles.
Des bienfaiteurs ont été généreux.
Une joueuse aborde le véhicule de l’équipe . 
CreditDaniel Acker for The New York Times
Un club de football local fournit sans frais le terrain d’entrainement. Un atelier de mécanique automobile a réparé sans frais le minibus de l’équipe.
Anne Marie Wright, une lycéenne de  17 ans, a contribué à fournir des chaussures, des bas des soutiens-gorges de sport et même des bouteilles d'eau afin que les joueuses qui s’entraînent pour atteindre la phase finale de la coupe du monde n’aient pas à boire des robinets après leurs séances.
Marc Dumé, 43 ans, un homme d'affaires qui a quitté  Haïti il ​​y a une décennie, contribue pour le paiement du loyer et pourvoit de l'argent pour l’achat  des bananes plantains et de riz et de haricots et de légumes pour les ragoûts.
La semaine dernière, il a fait don d'un véhicule récréatif à l'équipe.
"Le football est tout ce qu'elles  ont", a déclaré Dume, qui dirige une société à Elkhart, en Indiana., qui livre  des véhicules de loisirs des les usines aux concessionnaires. "Ils n'ont rien d'autre."
La Coupe du Monde Féminine à se dérouler l'année prochaine passera de 16 à 24 équipes. Le  Canada, en tant qu'hôte, est qualifié d’office. Seront également qualifiées trois premières  équipes de la région des Caraïbes,  Amérique du Nord, d'Amérique centrale issues d’un tournoi  qui débutera aux États-Unis à partir du  15 octobre.  Une quatrième équipe jouera un match de barrage contre l'Equateur, qui a eu la troisième place de qualification du groupe de l'Amérique du Sud.
Les Américaines, classées n ° 1 dans le monde, sont les favoris incontestable du tournoi régional. Le Mexique est également prévu pour obtenir un ticket d’entrée.
Cela laisserait une place à disputer entre Haïti, le Guatemala, le Costa Rica, la Jamaïque et Trinité-et-Tobago pour une première participation à  la Coupe du Monde.
En Haïti, l'équipe nationale féminine est largement ignorée et incomprise. Le football  féminin porte toujours un stigmate social et il peut être considéré comme contraire à la féminité. Parfois, les hommes et les garçons empêchent les femmes et les filles de s’entraîner, déclare le  président de la fédération haïtienne de football.
Kencia Marseille, 33, la capitaine de l'équipe, dit que sa mère lui a donné une fessée avec une ceinture quand elle s’est mise à jouer au football. Aujourd'hui, certaines mères veulent garder toujours leurs filles à la maison, pour étudier, pour aider à subvenir aux besoins des frères et sœurs, pour  rétablir les liens familiaux.
"Le peuple haïtien ne croient pas en nous", a déclaré le gardien Geralda Saintilus, 28 "Ils disent que nous ne sommes pas assez bonnes. Nous allons essayer de prouver qu'ils ont tort. "
Même l'entraîneur d'Haïti, Shek Borkowski, n’y croyait pas au début.

Quand il a parlé avec les autorités haïtiennes, Borkowski ne voulait pas le travail. L'économie du pays était désastreuse. La fédération de football avait peu d'argent.
Lors du séisme de 2010  le siège de la Fédération s'est effondré au cours d'une réunion, tuant plus de 30 personnes à l'intérieur, y compris l'entraîneur du programme national de femmes, Jean Yves Labaze.
Ailleurs, un ou deux joueuses de haut niveau ont été tuées, a déclaré la fédération.
Le stade national est devenu une ville de tentes pour les sans-abri. Le moment de la récupération de la secousse a été compliqué par la survenue d’une épidémie de choléra.
 "Vous devez être fou," Borkowski s’est dit-il quand il a  décidé de devenir l'entraîneur de Haïti.
Il a reconsidéré sa position  après avoir regardé en ligne la participation d’Haïti au tournoi de qualification pour les Jeux Olympiques de Londres 2012. Haïti est passé tout près, mais Borkowski a été intrigué par la compétence individuelle de ses joueuses.
Il appela Yves Jean-Bart, président de la fédération haïtienne de football d'Haïti, et a fait une proposition: l'équipe féminine serait largement autofinancée, et la plupart du temps en dehors d'Haïti. Elle s’entrainerait  pendant six mois de façon continue  à South Bend, jouerait des matchs amicaux  contre des équipes collégiales comme Notre-Dame et de Ball State, et intégrerait les rangs de la  Premiere League féminine, un circuit semi-professionnel.

«Une partie de ceci correspondanit à une démarche était égoïste. Je voulais réaliser quelque chose sur le plan international ", dit le polonais-né Borkowski, 51 ans, qui vit à Goshen, Indiana., et a gagné deux titres aux USA  et un titre en Russie avant de devenir  l'entraîneur d’Haïti le 20 Mars 2012.  "Mais vous commencez à vous battre pour ces filles."
Jean-Bart accepta le plan, en disant de la Coupe du Monde dans un entretien téléphonique: "Il est très difficile pour les filles en Haïti de changer leur mode de vie. Cela pourrait être un bon défi pour toutes les femmes qui  essaient d'obtenir une vie meilleure ».
Mais Haïti demeure une équipe fragile. La plupart des joueurs ont perdu leur maison dans le tremblement de terre.
Natacha Cajuste, 30 ans, défenseur, était partie  étudier dans un cyber café lorsque la secousse a commencé et a dit qu'elle a été  la seule personne qui à sortir saine et sauve à l’extérieur; tout le monde a été tué ou a été blessé.
Clorene Rateau dans l’un des deux appartements
occupés par l’équipe à  Indiana.
CreditDaniel Acker for The New York Times
Manoucheka Pierre-Louis, 25 ans, milieu de terrain, dit qu’elle vivait dans un village de tentes pendant deux ans avant d'être appelée en équipe nationale.
Les joueuses de Haïti étaient devenues des itinérantes après le séisme, s’entraînant en  République dominicaine et au Brésil.
Lors d'un tournoi au Mexique, l’inquiétude de  séjourner dans un hôtel de plusieurs étages de certaines joueuses a augmenté de peur d'être pris au piège si jamais l’édifice s’effondrait.
«Nous avons joué au football pour essayer d'oublier», a déclaré Ketura Woodlyne-Robuste, 22 ans, milieu de terrain.
Les joueuses haïtiens qui sont arrivés à South Bend en 2012 étaient tactiquement naïves et faibles physiquement, a dit Borkowski. Beaucoup tombaient par terre au moindre contact. Le matériel était insuffisant. Même les bouteilles d'eau étaient rares.
Lorsque les semelles des chaussures  d'une joueuse se sont  déchirées  lors d'un entraînement l'été 2013, elle ne put  continuer parce qu'il n'y avait pas de chaussures de rechange, dit Wright, une jeune fille  de l'école secondaire, qui s’est entrainée  avec les haïtiennes.

Les joueuses sont trop jeunes pour se souvenir du match de la  Coupe du Monde de la FIFA de 1974 entre Haïti et l'Italie, quand  juste après la mi-temps Manno Sanon rompit  un 0-0 ...
L'été dernier, Wright a refusé des cadeaux pour son 17eme anniversaire et à  la place a demandé à ses parents, et amis de faire un don d'argent pour acheter des équipements  pour les joueuses haïtiennes. Elle a également mis en place une levée de fonds moyennant un compte sur un site crowdfunding.
Quand  l’équipe locale, Notre-Dame changea de sponsors d’équipement, elle organisa  une vente à laquelle les parents de Wright l'ont aidée à acheter les anciennes tenues. La semaine dernière, la famille a fait une autre contribution de crampons, gilets et vestes chaudes.
«Il s’agit d’une équipe qui s’entraine  pour la Coupe du Monde", a déclaré Wright. «Nous savions que nous devions faire quelque chose."
En Août dernier, Haïti  termina troisième lors de la Coupe des Caraïbes  organisées et s’est qualifiée avec  la Jamaïque et Trinité-et-Tobago pour la dernière phase qualificative pour la Coupe du Monde.
Les Haïtiennes s'entraînent deux fois par jour et passent le reste du temps dans les deux appartements de l'équipe, à dormir, cuisiner apprendre l’anglais en regardant la télévision, en lisant des livres pour enfants et à converser avec les quatre joueuses nées en Amérique
«Nous aimons 'WWE SmackDown," a dit Saintilus, le gardien, avec un rire, puis a ajouté qu'elle préférait PBS à la lutte.
À certains moments, ils ont eu un peu plus à manger que du riz, des haricots et des nouilles Ramen.
Une joueuse a quitté l'équipe  pour avoir un bébé.
Une autre a renoncé  dit  Borkowski dit, après la mort de son père et la dépression nerveuse de sa mère.
Deux joueuses ont été  absentes pour un mois après être retournées en Haïti pour renouveler leurs visas.
De gauche à droite, Manoucheka Pierre-Louis,
Yvrose Gervil et Dina Jean-Pierre,
membres de la selection feminine haitienne de Football
Durant une séance d’entrainement le mois dernier
à South Bend, Ind.
Credit
Daniel Acker for The New York Times
À la mi-Avril, le père de Woodlyne-Robuste est mort, et la fédération de football d'Haïti a offert de payer un billet pour un retour au domicile mais  avec une mise en garde, dit Borkowski. La fédération ne voulait pas payer pour un vol de retour à Indiana  et Woodlyne –Robuste devait rester en Haïti jusqu’au tournoi de qualification pour la Coupe du Monde à la fin du mois de mai. Woodlyne-Robuste a donc décidé de rester avec ses coéquipières.
«J’ai  toujours mal, mais quand je joue, je ne pense pas à mes problèmes», a déclaré Woodlyne-Robuste.
Si Haïti atteint la Coupe du monde, dit-elle, elle va essayer de marquer un but pour son père.
"Il m’a acheté mes premiers crampons," dit-elle.
Pour être qualifiée, Borkowski a averti ses joueurs lors d’une pratique récente, Haïti aura besoin d’une concentration sans faille, de la discipline et de la confiance en soi. Pour ces joueurs, dit-il, il n'y aura qu'une seule chance pour toute une vie.
La pratique s'est terminée par un cercle de prière, suivie par le chant «Un, deux, trois, 2015!"
"Le football est la seule chose qui emporte loin le stress", a déclaré Marseille, le capitaine de l'équipe. «Si nous faisons la Coupe du Monde, je vais être tellement fière de moi."
Source : http://www.nytimes.com/2014/10/05/sports/soccer/haitian-womens-team-seeks-world-cup-berth.html?_r=0#
Traduction : Jonas Jolivert

DÉCÈS DE JEAN CLAUDE DUVALIER..FIN SANS SUITE DU DERNIER CHAPITRE DE CETTE HISTOIRE

Chez moi comme chez beaucoup de ceux qui écrivent poussés par des motivations diverses, l’écriture est « un cri qui vient de l’intérieur ». Je ne sais plus à quel moment j’ai eu l’inspiration m’invitant à m’installer confortablement devant un ordinateur pour pondre un document écrit.
Pourtant des sujets il y en a eu dans l’actualité. Pourtant sur ma section drive de google, j’ai pas mal de textes inachevés.
Tous les matins je regarde à travers les sites appropriés, j’observe le ciel de notre région en cette saison cyclonique carrément muette et heureusement muette. Cela avait attiré mon attention dans la mesure où je n’ai pas vu passer les préparatifs de rigueur ni les appels à dons de l’ONU et d’autres ONG pour faire face aux risques touchant particulièrement les populations de déplacés. En ce sens, les dieux nous ont un peu oubliés, heureusement encore.
Puis vint la nouvelle du possible recrutement de personnels haïtiens pour aller porter secours aux populations africaines touchées par l’épidémie d’EBOLA.
Comme beaucoup de compatriotes se basant sur les faiblesses de notre système sanitaire, cette nouvelle du retour de ces compatriotes avec les risques de propagation de la maladie fit le buzz sur les réseaux sociaux.
Le secteur officiel à répondu comme il se devait de le faire en interdisant le départ des citoyens vers les zones affectées. C’est ce que demandaient et les gens et la situation même si plus tard les autorités de l’ONU ont fait des mises au point ressemblant à des tirages de brettelles. Peu importe.
Puis vint la nouvelle du décès de l’ancien dictateur Jean-Claude Duvalier.
Cette nouvelle ne me fit ni chaud ni froid puisque depuis son retour en Haïti il avait la tête de quelqu’un qui allait mourir. Les rumeurs disaient qu’il était affecté d’une maladie dont le nom n’avait pas été diffusé.
J’ai commencé à réagir avec les réactions des uns et des autres des partisans et des adversaires. Certaines justifiées, d’autres acceptables rentrant dans le cadre du politiquement correct.
Certains qui auraient mieux fait de se taire se sont prononcés sans tenir compte de ce qu’ils disaient.
Ceux qui considèrent le décès de Jean Claude Duvalier « comme une grande perte pour la démocratie font partie de cette catégorie ».
J’ai du mal à voir en quoi constitue cette perte avec la mort de quelqu’un qui s’était transformé en zombie depuis 1986. Celui qui est revenu en Haïti n’a été qu’une ombre vivante qui était revenue finir ces jours là ou des gens dans un sens ou dans l’autre lé considéraient encore comme quelqu’un à défaut de quelqu’un d’important.
Officiellement et personnellement il ne s’est jamais prononcé sur des intentions quelconques de revenir au pouvoir ou de contribuer à sortir le pays de la crise.
D’ailleurs comment l’histoire de la gestion de son pouvoir conclue par un exile « doré » pourrait lui conférer des vertus de démocrates de rassembleur ?
Ceux qui ont créé des partis politiques pour lui demander de revenir dans les affaires du pays ne faisaient que se couvrir de ridicule.
Les adversaires qui exhibent les parades des VSN pour remémorer la cruauté de son régime ne sont pas capables non plus de m’impressionner.
Entre les hordes de miliciens qui paradaient dans les rues de Port-au-Prince et les gens qui circulent et manifestent en collant l’étiquette de roi à Jean Bertrand Aristide ne se différencient que par le port de l’uniforme pour le premier groupe.
Les milices aristidiens n’inspirent pas plus de confiance que le faisaient les miliciens duvalieristes.
Je comprends que les gens peuvent vouloir se recueillir et souhaiter officiellement qu’il repose en paix. La question se poserait sur la nature de cette paix et comment faire pour ne pas la mériter.
Ceux qui faisaient de son jugement le combat de leur vie, devraient lâcher prise et porter leurs énergies ailleurs. La boucle est bouclée et la page n’est pas n on seulement tournée !
Ce nom comme bien d’autres de l’histoire de notre pays continuera pour longtemps à hanter notre subconscient. Dans un sens ou dans l’autre.
Mais Haïti n’est pas un héritage légué à cette famille. Que ce seul nom ne constitue plus jamais un sésame ou un passeport pour justifier un retour dans les affaires de cette nation.
La polémique va surement être alimentée par le type de funérailles qui lui seront chantées. Nationales ou non ?
Ce sera surtout l’affaire du gouvernement actuel qui n’a jamais caché son penchant pour ce régime.
Les victimes et les parents des assassinés pourront organiser une contre manifestation pour démontrer leur mécontentement si jamais le gouvernement se laissait glisser sur cette pente.
Acceptons avec ce décès la fin sans suite de la dernière page du dernier chapitre de l’histoire de notre pays.
Docteur Jonas JOLIVERT
5/10/2014